01/03/2010

Pourtant...

      

    De tes luttes silencieuses à tes dérapages volontaires
    Il y avait ce sourire qu'on voyait à peine
    Un sourire presque lumineux
    l_7148d1ef2d11baa92614f69e595d6256


    Embrasse l'accordéoniste pour moi

 

Publié dans les Anges | Commentaires (2)

Commentaires

:) d'aurore en aurores la course a la vie continue son chemin...

Écrit par : le jardinier | 01/03/2010

Eau qui se presse, qui court, eau oublieuse
que la distraite terre boit,
hésite un petit instant dans ma main creuse,
souviens-toi !

Clair et rapide amour, indifférence,
presque absence qui court,
entre ton trop d'arrivée et ton trop de partance
tremble un peu de séjour.

Écrit par : Rainer Maria RILKE | 05/03/2010

Les commentaires sont fermés.